[Forum RPG]


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Grammaire et conjugaison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 218
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Toujours en mouvement :3

Infos sur moi
Validé: Oui
Âge : 170 ans
avatar

Eleania Madena
MessageSujet: Grammaire et conjugaison   Mar 8 Jan - 13:40

La langue de Molière est très belle, mais souvent bien difficile à employer, même pour nous. C'est pourquoi le Staff s'est dit que vous donner un coup de main grâce à ces petits rappels, afin d'améliorer le confort de lecture des posts, serait un geste que vous apprécieriez.


I- Les accords

a) Accord du participe passé avec avoir

* Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir ne se s'accorde jamais avec le sujet : il est invariable si aucun complément d’objet direct (COD) ne le précède.

Exemple :

Les enfants ont joué tout l'après-midi.

Ils auraient réussi s'ils avaient suivi nos conseils.


Si vous remarquez bien, le sujet est au pluriel (Les, Ils) mais pourtant le verbe n’a pas été accordé avec ce même sujet (Ont joué ; Avaient suivi). Si c’est le cas, c’est parce qu’il y avait le verbe « avoir » devant (Ont, Auraient, Avaient).

Cette règle ne s’applique que s’il y a le verbe avoir devant. Sinon, avec le verbe « être », il faut bien sûr accorder le participe passé avec le sujet.

Exemple :

Les enfants sont partis jouer dans le bac à sable.

Ici il y avait le verbe « être » devant (Sont), donc on à accordé le participe passé (Partis) avec le sujet (Les).

b) Résumé rapide des accords du verbe :

Le verbe s'accorde en nombre et en personne avec son sujet.

Elle travaillait à Paris.
Arnaud et Sylvie ont acheté une maison en Charente.
Qui es-tu?


Le participe passé des verbes conjugués avec l'auxiliaire avoir ne se s'accorde jamais avec le sujet : il est invariable si aucun complément d'objet direct (COD) ne le précède.

Les enfants ont joué toute l'après-midi.
Ils auraient réussi s'ils avaient suivi nos conseils.


Le participe s'accorde en genre et en nombre avec le COD qui le précède.

Ils ont suivi les conseils qu'elle leur avait donnés.
J'ai fais quelques propositions que la direction a acceptées.


Le participe passé d'un verbe conjugué avec l'auxiliaire être s'accorde en genre et en nombre avec son sujet.

Les invités sont partis dans l'après-midi.
Les poires seront vendues à prix coûtant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-des-fees.forumactif.fr
Messages : 218
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Toujours en mouvement :3

Infos sur moi
Validé: Oui
Âge : 170 ans
avatar

Eleania Madena
MessageSujet: Re: Grammaire et conjugaison   Mar 8 Jan - 14:08

II- Mettre le verbe à l’infinitif ou non

Une des fautes les plus fréquentes que nous avons relevé, est la difficulté pour certains à savoir quelle terminaison mettre à son verbe. S’il doit être laissé à l’infinitif, ou bien être conjugué.

C’est pourtant très simple :

1) Quand deux verbes se suivent, le second est toujours à l’infinitif.

Exemple : Il regardait voler les oiseaux.

2) Quand le verbe est précédé d’une préposition, il faut toujours le mettre à l’infinitif.

Exemple : Il ne voulait pas manger sa soupe.

Il y a également un moyen mémo technique, plutôt pratique, pour savoir quand est-ce qu’il faut mette le verbe à l’infinitif.

Quand vous pouvez remplacer votre verbe par un verbe du 3ème groupe (Mordre, vendre, prendre …), alors il faut le laisser à l’infinitif. Sinon, vous devez le conjuguer.

Exemple : Pour donner un coup de main à ma voisine je promenais souvent son chien.

Là, on voit bien que, même si ça ne veut pas dire grand-chose, on peut remplacer « donner » par « mordre », par exemple. Tandis que pour « promenais », on ne peut pas le remplacer pas « mordre », mais plutôt par « mordais », donc on le conjugue.


Trucs pratique à savoir :

Les noms
chien, table, beauté, espoir, Sabine…
Les déterminants
le, mon, chaque…
Les adjectifs
beau, vert, traditionnel, municipal…
Les pronoms
je, il, chacun, qui…
Les verbes
être, chanter, espérer, grandir, vouloir…
Les adverbes
bien, grandement, pas…
Les prépositions
à, de, dans, par, pour, sur…
Les conjonctions de subordination
que, comme, quand…
Les conjonctions de coordination
et, ou, mais…
Les interjections
ouf !, hélas !…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-des-fees.forumactif.fr
Messages : 218
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : Toujours en mouvement :3

Infos sur moi
Validé: Oui
Âge : 170 ans
avatar

Eleania Madena
MessageSujet: Re: Grammaire et conjugaison   Mar 8 Jan - 15:12

III- La ponctuation


Intro :

La ponctuation répond à certaines règles d'usage qui ne doivent pas être négligées, notamment parce qu'elle apporte des informations. Hors, certains d’entre vous ne mettent que très peu, voir même pas du tout, de ponctuation. Du coup, leurs phrases ne veulent plus rien dire …
Les signes de ponctuation à proprement parler sont :

• le point ;
• le point d'interrogation ;
• le point d'exclamation ;
• les points de suspension ;
• le point-virgule ;
• la virgule ;
• les deux points.

Il existe également d'autres signes qui servent à structurer un texte :

• les guillemets ;
• les parenthèses ;
• les crochets ;
• le tiret.

Seulement nous, on ne va que parler de certaines de ces ponctuations. Les autres, si vous ne les connaissez pas, alors il y a un problème… Déjà que celles-ci vous êtes tous censé les avoir apprises.

1) Le point


Le point se place à la fin d'une phrase et en marque ainsi la limite droite, la limite gauche étant marquée par la majuscule après un espace.

Exemple : La séance ouvre à 14 h 30. Le président fait un rappel de la dernière réunion. Puis il invite chaque participant à donner son avis.

On met un point simple à la fin des phrases contenant un impératif et non un point d'exclamation, sauf si on veut traduire un ton particulier.

Exemple : Mettez-vous à l'aise.

Règles typographiques :

En français : texte.[espace]texte
En anglais : même chose.

2) Le point d'interrogation

Le point d'interrogation se place à la fin d'une phrase interrogative (interrogation directe). L'intonation est montante.
Exemple : Allez-vous dimanche prochain à la piscine ?

Dans l'interrogation indirecte, on utilise le point et non pas le point d'interrogation.

Exemple : Je me demande s'il a réussi son examen.

Placé entre parenthèse (?), le point d'interrogation marque l'incertitude.

Exemple : William Shakespeare est né le 23 (?) avril 1564 à Stratford sur Avon.

Règles typographiques :

En français : texte[espace]?[espace]texte
En anglais : texte?[espace]texte

3) Le point d’exclamation

Le point d'exclamation se place à la fin d'une phrase exclamative ou d'une phrase exprimant la surprise, l'exaspération, l'admiration, un ordre… L'intonation est montante.
Exemple : Que cette fleur est belle !
Sortez d'ici immédiatement !
Pourvu que cela lui plaise !


Il s'emploie également après l'interjection.
Exemple : Hélas ! vous ne le reverrez pas avant longtemps.
Elle s'avança doucement, et crac ! elle tomba.

Lorsque le point d'exclamation marque une interjection il n'est pas suivi d'une majuscule.

Règles typographiques :

En français : texte[espace]![espace]texte.
En anglais : texte![espace]texte.

4) La virgule


La virgule sépare des mots ou des groupes de mots qui pourraient être reliés par une conjonction de coordination telle que et ou ou.

Exemple : La Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, l'Espagne sont les pays voisins de la France.

Les mots ou groupes de mots coordonnés par et, ou, ni ne sont pas séparés par une virgule.

Exemple : L'Italie et l'Espagne sont des voisins de la France.
Il nous a prévenus qu'il s'absentait quelques jours et qu'il reviendrait en début de semaine prochaine.


On ne sépare pas par une virgule le verbe de son sujet ni de ses compléments (et ce quelle qu'en soit la longueur).

Exemple : Une enquête faite auprès de mille salariés d'entreprises publiques a servi de base à ce rapport (et non : Une enquête faite auprès de mille salariés d'entreprises publiques, a servi de base…).

On peut placer une virgule après un groupe placé en tête de phrase pour la mettre en relief.

Exemple : Cette semaine, nous avons trois réunions.
Nous, nous savons ce que nous voulons.


La virgule peut encadrer des éléments qui semblent être plus ou moins en marge de la phrase.

Exemple : Geneviève, leur sœur aînée, est bibliothécaire.
Il faudrait, dit-il, résoudre rapidement le problème.


Règles typographiques :

En français : texte,[espace] texte.
En anglais : même chose.

5) Les deux points


Les deux points servent à annoncer une énumération ou une citation encadrée par des guillemets.

Exemple : Les pays voisins de la France sont : la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie et l'Espagne.
L'auteur affirme [color}Limegreen]:
« l'art n'est que rêve ».[/color]

Les deux points servent également à marquer un lien logique entre deux propositions (cause, conséquence…).

Exemple : Il ne sera pas là : il n'a pas été prévenu.

Règles typographiques :

En français : texte[espace]:[espace]texte
En anglais : texte:[espace]texte

6) Les guillemets


Les guillemets servent à encadrer les paroles rapportées, les citations, les extraits d'un ouvrage qui sont annoncés par les deux points.

Exemple : L'auteur affirme :« L'art n'est que rêve. »
Il a murmuré : « Ce n'est pas moi. »


On met également entre guillemets des termes que l'on emploie de façon particulière (sens, registre, connotation…).

Exemple : Sa constatation avait un « léger goût » de reproche.

Règles typographiques :

En français : texte[espace]«[espace]texte[espace]»[espace]texte
En anglais : texte[espace]"texte"[espace]texte

7) La parenthèse


Les parenthèses servent à encadrer un exemple, un élément non indispensable à la phrase.

Exemple : Les fleurs vivaces (pensées, impatiences…) se plantent au printemps.


La virgule se place après la parenthèse fermante et non avant la parenthèse ouvrante.

Exemple : Les fruits (fraises, framboises…), les légumes verts (haricots verts, épinards…), les crudités sont à la base de son alimentation.

Règles typographiques :

En français : texte[espace](texte)[espace]texte.
En anglais : même chose.

8) Le tiret


Le tiret employé seul indique un changement d'intervenant dans un dialogue Il faut dans ce cas aller a la ligne a chaque tirets.

Exemple : « - Qui est là ?
- C'est moi.
- Qui ça, moi ? »


Le tiret peut s'employer par paire comme les parenthèses pour encadrer un élément annexe.

Exemple : [color=Mediumvioletred]Les fleurs vivaces - pensées, impatiences… -[/color} se plantent au printemps.

Le point final tient lieu de deuxième tiret.

Exemple : On plante au printemps les fleurs vivaces - pensées, impatiences, etc.

On veillera à ne pas confondre le tiret et le trait d'union.

Exemple : Le chou-fleur est comestible (trait d'union pour le nom composé). Le chou - fleur de la plante du même nom - est comestible (tiret encadrant un élément annexe).

Règles typographiques :

En français : texte[espace]–[espace]texte.
En anglais : texte–texte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-monde-des-fees.forumactif.fr

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Grammaire et conjugaison   

Revenir en haut Aller en bas
 

Grammaire et conjugaison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Forum RPG] :: Le Contexte, le Règlement, le Registre... :: Commencement-